Luc Declerck - Bistro Mathilda

Continuer à offrir une grande qualité pendant plus de 20 ans tout en trouvant l’énergie d’emprunter de nouvelles voies, nécessite une bonne dose de passion. Gerda Maenhout et Luc Declerck font en sorte eux-mêmes qu’à Ostende bistronomique devienne aussi un concept. Entre temps, Bistro Mathilda est bien plus qu’une brasserie. Ils offrent une cuisine accessible à des prix raisonnables avec une touche de plus-value culinaire.

 

C’est comme une promenade culinaire à travers un intérieur agréable et chaleureux. Et le nom convient parfaitement. Ce n’est pas uniquement une ode à la célèbre sculpture « La Mer, » dite « La grosse Mathilde, » mais il se réfère aussi à la chanson folklorique australienne « Waltzing Mathilda. » Cette chanson traite de partir en balade avec un sac marin.


 

Ce qu’il y a dans le ? Une vraie cuisine de brasserie, adaptée aux tendances culinaires avec quelques chouettes accents bien précis. Bistro Mathilda est connu pour son steak tartare préparé à table, mais il y a aussi la « tatjespap » sur le menu. Un plat avec des crevettes et du lait battu datant du bon vieux temps. À côté de cela, ils servent quelques surprises telles que la tête pressée de palourdes, bulots et le portobello farci avec du « damse brie » Tous préparés avec une grande finesse.

La passion est le moteur

 

« La restauration c’est toute ma vie. C’est mon travail et en même temps c’est mon hobby. Si je ne suis pas dans le restaurant, je vais jeter un coup d'œil chez mes collègues, essayer de nouveaux concepts, manger un morceau, me laisser inspirer. Et la passion c’est ce qui fait tourner le moteur. C’est ce qui vous pousse à sortir du lit tous les matins et vous permet de continuer à faire ce que vous faites. »

 

« On a besoin de cette stimulation dans ce secteur. Dans la restauration, tout change rapidement et on doit continuer à évoluer. S'arrêter, c’est faire un pas en arrière et sans passion on ne tient pas le coup. Je suis un homme qui ne doit sa réussite qu’à lui-même et j’ai continué à étudier toute ma vie. Quand on fait ce qu’on aime, continuer à apprendre est très facile. »


 

Les saisons

 

« On peut retrouver les saisons non seulement dans ma cuisine, mais pour le caractère de la ville d’Ostende aussi elles jouent un rôle important. L’Ostendais peut vivre selon différents rythmes. À un tempo beaucoup plus accentué durant les vacances, un peu plus doux en hiver. C’est ce qui fait de nous qui nous sommes : une ville pleine de vie composée d’amateurs de la mer excentriques. »

 

Ce sentiment ostendais se reflète aussi dans la cuisine du terroir de Bistro Mathilda. Les chefs suivent scrupuleusement les saisons et travaillent le plus possible avec des produits locaux. La mer du Nord est évidemment très importante à cet effet. Si vous y ajoutez l’ambiance chaleureuse, agréable et détendue du restaurant, vous obtenez un endroit épatant. Un endroit épatant par la passion