Événement

Andreas Krolik, Cuisinier de l'année 2017 en Allemagne

Le Cuisinier de l’Année 2017 du Gault&Millau Allemagne vient de Francfort et y fait le bonheur des clients du restaurant Lafleur.

Contrairement à une grande partie de ses collègues, Andreas Krolik, 42 ans, n’a pas appris son métier auprès de grands chefs. Après son apprentissage, il s’est approprié son savoir-faire lui-même avec une habileté extraordinaire: "Il offre les goûts les plus parfaits à ses clients sans uniquement manifester son talent de jouer avec les arômes, mais se surpasse aussi dans la préparation et le maniement de légumes“, comme l’a confirmé Patricia Broehm, rédactrice en chef, lors de la présentation du nouveau Gault&Millau au restaurant Vendôme à Schloss Bensberg près de Cologne. 

Les enquêteurs louangent Krolik "pour ses harmonies de goût complexes sur un niveau constamment élevé, mais surtout pour sa recherche incessante et sa curiosité culinaire.“ 



Un palmarès qui met en valeur une "nouvelle cuisine allemande"


Au sommet de la Haute cuisine allemande demeurent cinq cuisiniers notés à 19,5 : Christian Jürgens du restaurant Überfahrt à Tegernsee, Klaus Erfort du GästeHaus à Sarrebruck, Harald Wohlfahrt de la Schwarzwaldstube à Baiersbronn, Joachim Wissler du Vendôme à Bergisch Gladbach ainsi que Helmut Thieltges du Waldhotel Sonnora à Dreis dans l’Eifel.


Gault&Millau continue son soutien et sa promotion de futures générations de grands cuisiniers et nomme cette année en Allemagne huit Jeunes talents. En outre, Felix Schneider, 31 ans, du restaurant Sosein à Heroldsberg près de Nuremberg a été célébré en tant que Découverte de l’année par le guide, convaincant à travers son style surprenant, provocant et plein d’arômes, qui est une profonde inclination devant la nature de sa région. Dans ce contexte, les enquêteurs se réjouissent aussi de l’effort croissant pour une "nouvelle cuisine allemande, qui s’incarne sans compromis dans sa région“. Au lieu de dépenser des sommes étourdissantes pour les produits de luxe classiques, les jeunes cuisiniers allemands investissent beaucoup de temps, d’effort et de tourments dans la conception de délices locaux.


Texte : Patricia Bröhm